Web-Docu
le dernier Gaulois
Connexion

30

Déc

2015

27 septembre, 52 av. J.-C., Alésia. Les Gaulois se sont unis pour vaincre leur ancien allié : Rome. […] Apator le chef éduen se souvient.

C’est par ces phrases que commence l’expérience interactive « le dernier gaulois ». Nous plongeons dans une bande dessinée dont toute l’interactivité se fait au scroll. Ce récit long-form vous permet en effet de faire défiler les images et d’entendre la voix du comédien Frédéric van den Driessche conter les souvenirs d’Apator. Lorsque vous scrollez vers le bas l’image défile, accompagnée d’une bande-son composée d’une musique et de sons d’ambiances. Pour profiter pleinement de ce récit, je vous conseille, comme il est précisé au début du récit, de mettre un casque audio pour être au cœur de l’atmosphère sonore. Deuxième conseil, si vous visualiser « le dernier gaulois » avec Google Chrome mettez le en mode présentation (menu affichage) ; avec les autres navigateurs, passez en mode plein écran en masquant le plus de barres de menu possible. Ces manipulations vous permettront d’afficher le récit en plein écran afin de profiter pleinement du très beau travail graphique. Il est d’ailleurs surprenant et regrettable que l’interface ne propose pas ce mode plein écran en cliquant simplement sur un bouton.

Une fois passé la séquence d’introduction — muette, dommage — vous arrivez sur le premier épisode relatant la vie Apator le dernier gaulois. Ce récit interactif, que je ne qualifierai pas de webdoc, est composé de 6 épisodes retraçant les différentes étapes de la vie de ce dernier gaulois.
Lorsque j’ai fait défiler à l’aide du scroll les images, j’ai d’abord été surpris par ce traitement graphique qui applique une déformation optique déformant l’image en bas de l’écran, comme s’il était filmé par un fish-eye (objectif très grand-angle), mais après quelques instants de plongée dans l’atmosphère graphique du dernier gaulois, on s’aperçoit que cet effet donne de la profondeur à l’image. D’autant plus que lorsque l’on scroll très rapidement un bel effet de flou s’ajoute laissant uniquement le centre de l’image net. Cet effet, à mon sens, renforce la magie des images. Dommage qu’il apparaisse uniquement lors d’un défilement extrêmement rapide. Grâce à une indication graphique en bas de l’image, l’interface pousse même le détail jusqu’à vous donner une indication de la vitesse de votre scroll.

Il est à signaler que lorsque l’on défile rapidement les textes audio sont remplacés par des textes écrits. C’est bien pensé pour éviter une cacophonie sonore, quel dommage que lorsque l’on s’arrête sur l’un de ces textes, il disparaisse au bout d’environ 2 secondes, ce qui le rend impossible à lire. Au niveau du son, j’ai constaté quelques bugs :

  • Des sons qui démarrent lors de la progression du download, et qui sont répétés lors de la consultation de la page.
  • Si l’on scroll trop rapidement vers le haut lors d’une lecture audio le son s’arrête, mais il ne reprend pas toujours lorsque de nouveau on fait défiler le récit vers le bas.
  • Plus gênant, après avoir fait un retour à la page précédente dans le navigateur, je me suis retrouvé avec le son d’un épisode et les images de l’épisode précédent, il m’a fallu rafraîchir la page pour remettre toute en place.

Pour résumé, je trouve ce dernier gaulois très réussi au point de vue graphique. L’interactivité est très simple, mais très bien faite malgré les petits bugs rencontrés.

Ce récit n’est pas très instructif, comme je le disais plus haut ce n’est pas un webdoc, mais des modules pédagogiques seront publiés sur le site de France Télévisions Education au printemps 2016.La poursuite de ce récit se déroule dans le docu-fiction de 90 min diffusé sur France 2 le 29 décembre.

Tous ces éléments font donc de ce récit transmédia un bel objet, qui permet d’appréhender la vie de « nos ancêtres les Gaulois » au moment de leur défaite face aux troupes de Jules César.